ASPCJE

07/06/09 - Fête de Goha à Velannes

  Grande journée festive et retrouvailles à la campagne  pour la « Fête de Goha-Djoha »

affiche7juin200Goha ou Djoha ? Goha est ce personnage très populaire en Égypte, que nul égyptien n'ignore. Le même Goha est appelé « Djoha » dans d'autres contrées de Méditerranée comme par exemple la Turquie, et leurs histoires se ressemblent énormément, à tel point qu'on peut les confondre.

Depuis déjà de nombreuses années l'association Aki Estamos organisait une fête estivale de Goha. Cette fois l'ASPCJE et l'AJOE se sont associées à elle pour organiser une très grande fête à 45 km de Paris, à la ferme de Velannes, près d'Epone.

Le pari fut  réussi. Nous étions près de 300 personnes à cette « Hessa » et parmi elles de très nombreux juifs d'Égypte qui adorent toutes les  bonnes occasions de se retrouver.

Pour tous ceux qui ne disposaient pas de voiture la distance ne fut pas un problème : deux navettes, partant de la Porte maillot conduisirent à Epone une centaine de personnes,  ravis de cette grande facilité.

A l'arrivée un soleil radieux nous attendait. Mais, comme la météo le suggérait, le temps se gâta rapidement et les « bons parisiens » que nous sommes devenus prirent les choses du bon côté et se replièrent dans les vastes locaux de la ferme de Velannes. Ceci ne fut pas facile pour nos charmantes conteuses Rachel Cohen et Mireille Cohen qui avaient déjà commencé leur spectacle.

Le buffet était comme il se doit égyptien et judéo-espagnol. Il faut souligner que la plupart des spécialités (feuilles de vignes, borékas aux fromages et aux épinards, samboussek, tarama, baklawa, et autres « maamouls») ne provenaient pas d'un traiteur mais avaient été préparées par les volontaires des trois associations auxquelles il faut rendre hommage.

 

 Seule ombre au buffet : « le foul médammès » fut malheureusement raté par le traiteur, mais les convives se rattrapèrent avec un très honorable barbecue « cacher ».

 

C'est alors qu'il faut insister sur la très bonne qualité du plateau artistique qui suivit :

Les « contes de Goha » étaient présentés par nos amies Rachel Cohen et Mireille Cohen, elles même accompagnées par ses charmantes petites filles qu'il faut féliciter. Ces conteuses et comédiennes nous présentèrent un récit inspiré des « Contes de Goha le simple » d'Adès et Josipovici. Nos artistes surent bien rendre, avec vivacité, l'ambiance orientale qui se dégageait du conte.

Les nombreux amateurs de musique furent également comblés. Nous eûmes d'abord droit à l'excellent duo israélien  d'Eyal Sela et Hézy Lévy. Eyal Sela est un  virtuose d'instruments à vent ; Hézy Lévy  guitariste et chanteur. Ils furent très applaudis.

A leur suite, nous écoutâmes religieusement la grande chanteuse Marlène Samoun qui déclencha très souvent l'enthousiasme. Cette chanteuse, originaire du Maroc, très connue du public juif de France, est surtout réputée dans le chant judéo-espagnol, mais elle est parfaitement à l'aise dans d'autres folklores comme le chant Yiddish, et excelle dans le chant judéo-andalou. C'est d'ailleurs en écoutant sa voix de rossignol  qu'on perçoit les grandes parentés du chant judéo-espagnol et du chant oriental.

Il faut évoquer absolument certains « stands » comme celui de la librairie. A coté des livres de littérature judéo-espagnole, le stand « égyptien » était fort bien représenté avec nos Editions « Nahar Misraïm ». Ces stands de livre ne furent jamais désertés pendant toute  la fête, ce que témoigne de l'intérêt de nos visiteurs pour les « nourritures intellectuelles ».

Au total un grand événement et une belle réussite, même si le temps incertain ne nous facilita pas les choses.

Encore un très grand bravo et merci aux très  nombreux bénévoles sans lesquels cette fête n'aurait pas été ce qu'elle a été.

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir