ASPCJE

15/11/12 - Nathalie Bibas

Jeudi 15 novembre 2012, à la Maison des Association du 12ème à Paris.
Présentation par Nathalie Bibas de son livre  « HENRI LANG : UN DIRIGEANT DE LA S.N.C.F.MORT A AUSCHWITZ » Editions LBM - 2012.Henri-lang-vignette

Lors d'un stage effectué à la SNCF à Lyon, Nathalie Bibas remarque une plaque commémorative dédiée à Henri Lang, responsable de l'électrification des lignes Paris-Lyon. Elle y apprend que celui-ci a été déporté le 27 mars 1942.....par les trains de l'entreprise qui l'employait!

Intriguée, elle veut découvrir le destin de cet inconnu. C'est au Mémorial de la SHOAH qu'elle prend connaissance d'un volumineux dossier sur Henri Lang.

Né en 1898, Henri est appelé sous les drapeaux en 1914. Blessé au front, il est décoré à deux reprises. Après la guerre, il reprend ses études et réussit brillamment à l'école Polytechnique et aux Ponts et Chaussées. Tenant compte de ses compétences, on lui confie des missions prestigieuses : Aménagement des ponts de la Tournelle et de la Concorde, étude de l'électrification des lignes Paris-Lyon etc.

En juin 1940, Paris est envahi par la Wehrmacht. Peu de temps après, les lois raciales, excluant les juifs ayant une fonction d'encadrement, sont promulguées et Henri perd son titre de directeur.

En août 1941, une 2ème rafle intervient, où juifs français et étrangers sont arrêtés (dont une quarantaine d'avocats). La volonté des autorités d'éliminer les élites est manifeste. Henri-Lang-Carte d'identité de novembre 1940Le 12 décembre 1941 c'est au tour d'Henri d'être arrêté à 6 heures du matin et incarcéré dans un camp à Compiègne. En dépit d'un dossier élogieux destiné à l'obtention d'une dérogation, Henri restera en captivité.

Finalement, un convoi d'un millier d'internés quittera Compiègne à destination d'Auschwitz.

Le trajet durera 72 heures, et sur les mille détenus, seule une vingtaine reviendra des camps de la mort. En dépit de leurs revers sur les divers fronts et au mépris de toute logique militaire, les nazis donneront systématiquement la priorité aux convois des déportés.

Faisant confiance aux autorités françaises pour le protéger, Henri prévenu par sa concierge de l'imminence de son arrestation, refusera de se dérober. Il ne reviendra pas.

Michel Mazza

Le Compte rendu complet a été publié dans le "bulletin Nahar Misraim" N°53

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir