ASPCJE

08/12/11- Maurice Douek

Jeudi 08 décembre 2011 à 18h - Première du Lancement du livre « La divine conjonction » de Maurice Douek, (Editions Thelès), interviewé par Paula Jacques.

La-divine-conjonctionx130Ce Jeudi 8 décembre, un public très nombreux – près de 80 personnes - était venu à la Maison des Associations pour accompagner le lancement du livre de Maurice Douek présenté et interrogé par notre grande amie Paula Jacques, journaliste et écrivaine. Maurice Douek, aimable, ouvert et souriant, est né au Caire, d’un père originaire de Bagdad et d’une mère salonicienne de la famille Pérahia. Après des études au Lycée Français du Caire il a émigré en France en 1957 (comme un grand nombre d’entre nous) et a fait des études d’ingénieur. Après avoir vécu en province jusqu’à l’âge de 40 ans il s’installe à Paris où il fait une brillante carrière dans le métier de la mode.

 

Ladivineconjonctionverso350Paula Jacques nous parle d’un livre « inclassable » car ce n’est pas un roman ni à proprement parler un essai, ni une autobiographie. Et c’est beaucoup de choses à la fois : présenté sur le plan formel comme une agréable succession de 220 poèmes (sans rime), ce livre est le fruit de notes écrites consignées au fil des années. On y retrouvera en filigrane la biographie de l’auteur et surtout ses réflexions et sa philosophie personnelle. C’est un « livre-miroir », à la foi profession de foi et traité de sagesse écrit sur un mode extrêmement plaisant. Le thème central qui parcourt le livre est ce néologisme inventé par Maurice Douek : l’Etologie (qui n’a rien à voir avec l’éthologie). Il s’agit de la dualité, de la coexistence chez un individu d’une chose et son contraire, l’importance du « ET », ce que l’auteur appelle « La divine conjonction ». L’homme est ainsi le produit de son origine ET de son destin (équivalents de l’inné et l’acquis, du « subi » ET du « choisi »). Dans « l’origine », « le subi », on range l’hérédité et l’éducation ; par contre, le destin comporte les choix personnels et le parcours individuel. Ainsi, dans cette vision, Maurice Douek se sent descendant de « la parole questionnante » de la pensée talmudique : Eh oui, dans le Talmud on trouve tout : Une théorie n’est qu’un point de vue. Le Talmud ce sont les deux points de vue. C’est pour cela que le Talmud Est l’exacte représentation de l’esprit humain Dans son extrême complexité. Le Talmud sort de la logique binaire Du vrai et du faux De la logique « grecque » Pour entrer dans « la logique du sens » Et l’auteur va même au-delà du Talmud : Alors comme Zorro, j’arrive Et franchis le pas décisif. En considérant que ces deux opinions dites contraires Coexistent à l’intérieur du même individu ! C’est là, l’apport essentiel et indépassable de l’Etologie. Je vais en effet plus loin, Et je dis qu’à l’intérieur de tout individu Il y a toutes les opinions.

La prise de conscience d’une telle complexité « réduit les tensions et crée un monde fluide et vivable » : Tu es une chose Et son contraire Tu es donc toutes les choses Et ne peux être Contre aucune chose. En conséquence La violence tu réduiras La fureur tu contrôleras La haine tu domineras, Et les éternelles questions Tu poseras… Dans le cadre de ce moi « étologique », M. Douek se ressent à la fois comme Juif ET Français : Juif ET Français Juif une culture « subie » Mais à laquelle je tiens ET Français, une culture « choisie » qui me ravit ». De gauche ET de droite : Un jour mon ami me dit : « Mais tu es à gauche ou à droite ? » Et je m’entends avec surprise, lui répondre : « Je suis à gauche et à droite ! » Cette réponse a déclenché dans ma tête Une avalanche de points d’interrogation Que j’éteins progressivement… Le plus souvent Les hommes ne se voient pas : Discours généreux « de gauche » Comportement pratique « de droite » ! Oriental ET occidental : Mon élection ? Etre une passerelle Entre Orient et Occident Ma terre promise ? Vivre en France Avec une femme française.

Le ressenti « Etologique » de Maurice Douek ne l’empêche nullement d’avoir des points de vue très clairs et affirmés sur les grandes questions de notre temps.
Parlant de judaïsme, il dit :
Les Juifs, eux, ont « accouché du monde Chrétien,
Qui, après quelques Révolutions et Lumières
A engendré la religion des Droits de l’homme »

Les Juifs sont donc les « grands-parents » Des Droits de l’homme
J’ai fini.


Parlant du Devoir de mémoire :
Je ressasse sans cesse ces six sons
Les tatouer à l’encre noire sur mon bras gauche
Auschwitz, Belzec, Chelmno, Maidanek, Sobibor, Treblinka.

S’agissant du conflit israélo-palestinien, notre auteur ne manie pas « la langue de bois », et il souligne les difficultés du problème :
Il faut dire aussi que le mariage des juifs
Avec leur terre a mal tourné !
Ils avaient négligé
L’existence d’un enfant non déclaré !
Un enfant palestinien.
La terre d’Israël n’était pas vierge !
Quand on est condamné à vivre ensemble
Il faut négocier, partager
Eux les rois de la négo, les rois du contrat
Ils ont tout oublié !
Effet pervers de l’état et ses raisons.
Concernant d’autres questions essentielles l’auteur se dit profondément européen, il redoute l’islamisme agressif, l’expansionnisme rampant de Chine, l’entrée de la Turquie dans le Marché Commun européen (Malgré sa gratitude envers ce pays pour avoir accueilli ses ancêtres chassés d’Espagne). Comme vous l’avez constaté je n’ai pas hésité à faire de très nombreuses citations, qui vous font un peu apprécier le talent du style et de la formule, si bien servi par la présentation « en vers ». Quelle belle soirée ! Merci Paula Jacques et merci Maurice Douek. Bonne réussite à ce livre si agréable et original.                                                                                          
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             Joe Chalom.

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir